Histoire de couleurs : "La chromathérapie, le pouvoir curatif des couleurs"

La chromothérapie est une méthode d'harmonisation et d'aide à la guérison de certains troubles, physiques ou émotionnels, à travers l'utilisation des couleurs. La prise en charge se base sur les organes sensoriels, dont la vue. Selon cette discipline, les couleurs auraient une influence directe sur l'esprit et le corps. La chromothérapie est un mélange de psychologie, d'art, de physique et de médecine.

Que sont les couleurs ?

Couleurs

Les couleurs sont la partie visible des radiations de la lumière, pour l'œil humain. Parmi ces radiations, certaines, comme les rayons X, les infrarouges ou les ultraviolets ne sont pas visibles. Comme tous les sens, la vue influe particulièrement sur le système nerveux. Pour la plupart d'entre nous, elle est la principale source d'information directe sur notre milieu.

Même si certaines couleurs nous "agressent" plus que d'autres, nous sommes constamment entourés de couleurs, sans lesquelles nous pourrions difficilement imaginer la vie telle que nous la connaissons. Depuis la nuit des temps, l'on associe certaines couleurs à certaines situations ou sentiments qui se confirment tout au long de notre vie, de façon tout à fait inconsciente, même si certaines caractéristiques universelles se distinguent.

Qu'est-ce que la chromothérapie ?

Couleurs

La chromothérapie, aussi appelée chromathérapie ou chromatothérapie, est une médecine non conventionnelle, développée il y a 40 ans par le Dr Christian Agrapart, neuropsychiatre et acupuncteur.

Tout comme l'instrument de musique, qui doit avoir toutes ses cordes adaptées à la bonne tonalité, pour que le son qui en ressort soit harmonieux, la chromathérapie est censée nous faire profiter de tout le spectre basique des couleurs. Chacune d'elle offrirait ainsi des bienfaits spécifiques.

Dans la vie quotidienne, on parle des couleurs comme si elles avaient une signification : la vie en rose, vert de rage, époque dorée, roman noir, être dans le rouge... Il semblerait que chaque couleur ait un sens et une interprétation presque universelle, aussi bien dans les sociétés très développées comme dans les plus primitives. En effet, les couleurs sont toutes présentes dans la nature, certaines plus que d'autres.

Le classement même des couleurs en couleurs chaudes et couleurs froides nous prédispose déjà à des sensations concrètes, associées aux expériences que nous vivons tous avec elles : le rouge orangé des braises, le bleu de l'océan ou les prés verdoyants. D'où cette théorie qui affirme que les couleurs chaudes sont plus stimulantes et revitalisantes et les froides plus apaisantes et régulatrices.

Selon le principe de la chromothérapie, les couleurs pourraient nous apporter des stimuli exceptionnels, comme par exemple la modification de certaines humeurs qui affectent l'équilibre global de la personne. Selon les adeptes de la chromothérapie, les couleurs pourraient calmer ou même augmenter l'énergie vitale, ou encore corriger certains troubles.

Les fondements de la chromothérapie

Dans la médecine conventionnelle, on n'utilise pas la chromathérapie, à cause du manque de données scientifiques sérieuses et validées.

Durant l'Antiquité, les couleurs étaient utilisées en complément d'autres thérapies médicinales, aussi bien dans la médecine hippocratique que dans celle d'Avicenne au IXème siècle. Elle était alors largement utilisée dans les cultures occidentales ou plus lointaine, comme la tibétaine,la chinoise ou l'indienne, et même dans l'architecture aux vitraux qui décomposaient la lumière pour inspirer et réconforter les visiteurs. Paracelso au XVème siècle, Isaac Newton au XVIIème siècle et Goethe au XIXème siècle étaient convaincus des bienfaits apportés par les couleurs.

Aux XIX et XXème siècles, plusieurs expériences ont été réalisées pour essayer de démontrer une action de cette médecine alternative. Actuellement, d'autres travaux ont choisi d'étudier d'autres pistes, comme celle de la théorie médicale hindou qui associe les couleurs aux chakras.

Deux théories qui ne sont pas, là encore, validée scientifiquement ou médicalement.

Article de Silvia Garcia Maria Journaliste

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés